Vous entreprenez en France ?

Vous vous lancez ? Souhaitez la bienvenue à votre associé majoritaire !

Vous entreprenez en France ?
Entreprendre en France

Entreprendre en France

Ca y est, vous avez décidé de vous lancer dans l'aventure de l'entreprise, d'ouvrir votre propre business ? Accueillez votre nouvel associé majoritaire : l'Etat.

Fou

Fou, oui il faut être fou pour entreprendre en France pour nous, petits entrepreneurs.
Je n'ai que faire des études et articles fleurissant, diffusant l'information que non la France n'est pas un des pires pays pour entreprendre. Premièrement, ils ont certainement été écrits par des personnes qui n'ont jamais entrepris. Ensuite, ils vont prendre en compte des aspects annexes (valorisant pour leur prise de position) qui n'ont que peu d'impacts sur ce que vous allez vivre réellement dans votre aventure.
J'ai eu de multiples entreprises/sociétés en France (individuelle, sarl, sas, sci...) et j'en possède également à l'étranger. Je n'ai aucun problème à l'affirmer, nous sommes un vrai pays de salariés et autant que possible je ne veux plus entreprendre en France.

Pays de salariés ?

Evidemment, je pense que si vous vous êtes un peu penchés sur la question vous avez constaté que votre statut dans ce pays en tant que chef d'entreprise/entrepreneur n'a rien de reluisant. 
Alors que je considère les entrepreneurs comme les créateurs de richesse, on ne peut pas dire que ce pays favorise leur développement. Un entrepreneur crée des emplois (à commencer par le sien), travaille beaucoup (je pense que 50h est un minimum...oui je connais bien les semaines de 100h), et vivra comme une réussite lorsqu'il pourra se verser un salaire correct (correpondant à moins de 10€ net par heure de travail ?).
A côté de cela, vous ne pourrez pas vraiment savourer votre statut d'un point de vue personnel. Difficile d'accéder à un prêt (seulement après des années d'existence et de salaire stable et plus important que les salariés), difficile de louer également, l'impression d'être toujours en train de tricher (et d'avoir le responsabilité de savoir tout faire et tout connaitre), peu de vacances et non payées évidemment (et des horaires improbables), devoir s'expliquer plus que les autres pour obtenir des aides (par exemple dans les échanges avec la caf), un système de retraite et de santé désavantageux (ils arrivent même à faire fermer des sociétés à cause d'erreur de calcul), des a priori de l'entourage, pas de chomage, etc.

On parle de certains aspects comme la complexité administrative. Nous avons, en effet, beaucoup de démarches administratives (pour lesquelles il faudra le plus souvent passer à la caisse) mais je ne les trouve pas plus compliquées que cela. J'ai quasiment pu toujours faire mes papiers par moi-même, d'ailleurs en y réfléchissant j'y ai peut être été poussé. Je me rappelle d'ailleurs encore de la première fois où je me suis rendu dans une CCI car je souhaitais ouvrir mon entreprise (18 ou 19 ans). Ils ont tout fait pour me décourager et me poussait à prendre une prestation chez eux (pour être aidé par ces gens là qui ont, à n'en pas douter, une énorme expérience). Je suis ressorti sans trop comprendre l'intérêt de la démarche et, finalement, j'ai tout fait seul.
Et à comparer à d'autres pays, oui certains sont bien plus simples mais j'ai également expérimenté plus compliqué.

A côté de cela, être salarié dans ce pays est vraiment confortable et offre un système enviable. Je ne vais pas le détailler ici, partant du postulat que nous connaissons tous ses avantages.
Oui, je pense que la France est un des meilleurs pays pour ce statut. Malheureusement si vous êtes en train de lire ces lignes, c'est certainement que vous avez envie d'entreprendre, alors bonne chance car vous allez payer le prix fort pour cette liberté (volonté poussant tous les entrepreneurs ?).

Votre associé majoritaire

Entreprendre en France, c'est s'associer avec l'état. Et vous allez le sentir et le payer.
D'une part, tout le monde va vouloir se rémunérer sur vous. Banque (rien à voir avec ce que vous connaissez en tant que particulier), assurance, comptable, agence immobilière/propriétaire (bail commercial), tribunal de commerce,...la liste peut être très longue suivant votre activité.

A côté de ça vous allez gérer la TVA. Oui je sais bien, on dit toujours que la TVA est payée par le consommateur final et donc transparent pour l'entreprise qui est un simple collecteur. Ceci étant votre compte en banque la sentira tout de même passer quand vous allez la verser. Quel que soit le calcul cela reste 20% (pour la majorité des activités) qui sont pris/ajoutés sur votre plus value (qu'on soit dans le service ou la vente).
La TVA c'est aussi un point de concurrence déloyale. Des statuts qui ne paient pas de TVA (franchise micro) mais qui concurrencent directement des entreprises la payant. Problème également avec les entreprises étrangères (exemple avec des produits de moins de faibles valeurs - au moins dans la déclaration - envoyés directement au client final depuis l'étranger).

A côté de cela vous allez payer différentes taxes plus ou moins importantes suivant les cas : CFE (locaux), éventuellement CVAE (valeur ajoutée/CA), TVS (véhicules), taxe foncière (si bail commercial, celle-ci est souvent reportée sur le locataire car permis dans le cadre professionnel), etc...

Sorti de tout cela et une fois que vous vous serez battu avec votre quotidien, vous pouvez espérer vous retirer un revenu si votre activité tourne bien. Et à ce moment là, quelque soit l'optimisation trouvée (salaire/dividende/montage divers), il apparaitra que vous devrez verser entre 40 et 60% de votre bénéfice à votre associé majoritaire avant de toucher quelque chose personnellement.

Bon courage donc à tous ceux qui entreprennent en France ou qui vont oser le faire...